Pour tout savoir sur la curation...

Cela fait déjà plusieurs mois déjà que la "curation", ce nouveau terme à la mode, est l'objet de discussions souvent passionnées entre amateurs et détracteurs.

Preuve que le thème est dans l'air du temps, la revue "Documentaliste - Sciences de l'information" de l'ADBS offre dans son dernier numéro un dossier complet sur la question, intitulé : "La curation : entre usages individuels et pratiques professionnelles".

Pour autant, de nombreux internautes n'ont pas encore eu le temps de se faire leur propre idée sur le sujet, ni de tester tous les outils qui existent.

Nous avons donc jugé utile de rassembler dans ce billet quelques sites et ressources, qui permettront à leurs lecteurs de mieux connaître les outils et les usages de la curation, mais aussi les polémiques qui existent à son sujet.




Pour démarrer : une vidéo pour bien appréhender le sujet

Pour bien appréhender le vaste sujet de la curation, nous recommanderons la consultation de la vidéo  mise en ligne par l'ADBS, qui reprend le "5 à 7" intitulé "Vous avez dit "curation" ?" organisé par l'ADBS le 13 mars dernier. Christophe Deschamps, consultants-formateur en veille et intelligence économique, auteur du blog Outils Froids, y fait (en 1h18mn) le point sur ce nouveau concept, sa portée et ses limites.

Il revient tout d'abord sur l'historique de ce terme, qui a été utilisé dès 2008, qui a été présenté comme un concept émergent lors de la conférence Web10 à Paris, mais dont des pratiques correspondantes sont en fait plus anciennes. Si l'on reprend la définition de Wikipédia par exemple, "La curation de contenu est une pratique qui consiste à sélectionner, éditer et partager les contenus les plus pertinents du Web pour une requête ou un sujet donné". Les outils de social bookmarking notamment – tels Delicious, né en 2003 – entrent donc dans cette catégorie.

Mais pour Christophe, un élément essentiel manque dans cette définition. Le partage des informations a en effet un double usage pour le curateur : il lui permet à la fois de montrer son expertise (d'où une motivation forte en termes d'e-réputation), et aussi d'archiver des éléments pour les retrouver ultérieurement, dans une logique de "personal knowledge management".

Outre ces précisions, la vidéo nous permet de découvrir les résultats détaillés d'un comparatif de douze outils de "curation", que Christophe Deschamps a sélectionnés, parmi ceux qui permettent la mise en place de filtres humains pour repérer, ordonner, hiérarchiser et éditorialiser les informations ; on citera parmi les outils retenus Bagtheweb, Flipboard, Paper.li, Pearltrees, Pinterest, Scoop.it, etc.
Les différences qui existent entre "veilleur" et "curateur" sont enfin données, en guise de conclusion...

La vidéo du 5 à 7 est en deux parties :
- l'intervention de Christophe Deschamps : définition, historique, outils et usages
- les questions-réponses avec les participants.





Un support pour mieux diffuser les résultats de sa veille grâce aux outils de curation


Réalisé par Marie-Laure Malingre et Alexandre Serres, de l'Urfist de Rennes, ce support de formation de 65 pages (format PowerPoint) propose en introduction une définition du domaine (contexte, origines, définitions, dimensions...), dresse un bref historique de la curation et revient sur les différences entre veille et curation.

Il aborde ensuite les usages de la curation, en précisant à la fois les enjeux, les objectifs et les applications et en citant des exemples de sites de curation dans différents domaines (info-doc, médiation scientifique, journalisme, etc). Les principes de fonctionnement des outils sont décrits et une "méthodologie" en cinq étapes est donnée, listant des conseils à suivre pour être un bon "curateur".

Après une présentation rapide des différents types d'outils de curation (typologie, critères de comparaison, panorama), le document fait un focus sur deux outils, et offre un véritable mode d'emploi de Scoop.it et de Paper.li.

Pour conclure, il revient sur les questions – juridiques et informationnelles – posées par la démarche de curation.



Un dossier de 01net Entreprises pour comprendre les atouts de la curation


Publié par Pierre Tran sur le site 01net en mars 2011, ce dossier rassemble sept articles qui couvrent successivement :
- les dix raisons de s'intéresser à la curation ;
- les concepts de la curation : étymologie du terme, historique, définitions ;
- les pratiques : les différentes tâches du curateur, son positionnement (par rapport au veilleur, au KM, au journaliste...), les préjudices et bénéfices liés à la curation...
- les outils : historique, comparatif des plateformes de curation ;
- les cas d'usage : la veille ; avec une interview de Jean-Luc Raymond (@jeanlucr sur Twitter) ;
- les cas d'usage : le knowledge management ; retour d'expérience du Département Veille et Produits (DPV) du PMU, en matière de curation ;
- les cas d'usage : le marketing ; retour d'expérience de la société Nurun, agence de marketing ;
- les perspectives : avec la vision de plusieurs experts (Dominique Cardon ...) sur les perspectives de la curation.



Deux articles pour découvrir des exemples d'usages de la curation


Dans le domaine scientifique
Le blog My Science Work a publié en février 2012 un article de Célya Gruson-Daniel qui fait le point sur l'utilisation de la curation dans le monde de la recherche et dans celui de la culture scientifique et technique.
L'article présente ainsi différents usages que peuvent avoir les chercheurs – en matière de gestion bibliographique collaborative notamment –  d'outils comme Zotero ou Mendeley, et cite des applications réalisées, en particulier avec Scoop.it et Pearltrees, dans le monde scientifique et technique...

Dans le monde de l'enseignement
Rédigé dans le cadre des TraAM 2012 (Travaux académiques mutualisés) et proposé en téléchargement sur le site Espace CDI de l'Académie de Toulouse, l'article "Des pratiques professionnelles aux usages pédagogiques de la curation" étudie comment la curation peut être un outil fédérateur dans la veille professionnelle et informationnelle du documentaliste. A travers l'exemple de Scoop.it, les auteurs montrent l'intérêt de la plateforme dans la médiation de l'information et donc dans l'éditorialisation et le traitement de l'information.
Deux expérimentations innovantes témoignent de l'apport que peut avoir une plateforme de curation dans l'apprentissage documentaire.
Ce document PDF de 14 pages comporte quatre annexes, proposant des tutoriels pour l'utilisation de Scoop.it.



Plusieurs articles pour comprendre les polémiques soulevées par la curation

Si la curation est l'un des "buzzwords" de l'année, le sujet soulève de nombreuses polémiques sur le plan juridique.

Pour mieux comprendre l'épineux problème du droit en matière de curation, on conseillera la lecture de quelques articles, parus notamment sur l'excellent blog S.I.Lex, édité par Lionel Maurel (alias @calimaq sur Twitter), conservateur des bibliothèques en poste à la BnF, spécialistes des questions juridiques touchant notamment à la propriété intellectuelle et au droit d'auteur :

Un article de référence qui explique pourquoi les plateformes de curation reposent souvent sur des bases juridiques fragiles ;

Un complément à l'article précédent, qui aborde notamment la question du droit applicable, la question des rapports entre propulsion, curation et liens hypertexte, et le statut juridique des produits de la curation...

L'article revient sur la polémique concernant Pinterest, un outil qui permet à ses utilisateurs de constituer un "pêle-mêle", composé d'images sélectionnées sur le Web, et ce sans respecter les règles du droit d'auteur...


On trouvera également sur le blog Paralipomènes, édité par Michèle Battisti (spécialiste en propriété intellectuelle, responsable de la veille juridique au sein de l'ADBS et rédactrice en chef de Doc SI), un article intitulé "La curation au risque du droit", paru le 23 avril 2012, qui tente de répondre à la question "le curateur a-t-il le droit d'agréger des contenus ?".


Veille stratégique et curation

Pour conclure enfin ce tour d'horizon des ressources sur la curation, nous recommanderons la lecture d'un article de Camille Alloing (éditeur du blog CaddE Réputation) et Christophe Deschamps, paru en juin 2011, dans le cadre du 3ème colloque spécialisé en sciences de l'information, avec pour titre "Veille stratégique et internet participatif : les usages des agents facilitateurs remettent-ils en question le concept de signal faible ?".

Dans cet article (plus de 20 pages au format PDF), les deux experts s'interrogent sur la place du signal faible – inhérent aux pratiques de veille stratégique – à l'heure du Web 2.0 et tentent d'identifier de quelle(s) manière(s) la détection de signes d'alerte précoces peut s'appuyer, dans un contexte de veille stratégique sur Internet, sur les usages d'agents-facilitateurs (autrement dit de "curateurs").




5 commentaires:

  1. j'avais émis il y a un an, quelques idées sur cette fonction en élargissant l'analyse à d'autres territoires.
    En général, je ne retrouve pas ces idées dans les différents papiers cités. Qu'en pensez vous ?
    http://referentieleninfodoc.wordpress.com/2011/03/21/curator/

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Sylvie,
    Merci de votre commentaire, et du lien vers votre article. J'aime beaucoup votre définition des "curateurs", qui "prennent soin de quelque chose qui ne leur appartient pas (...)". C'est un angle que l'on ne retrouve pas souvent...
    En revanche, je comprends mal le sens de votre question. A quels "territoires" faites-vous allusion ?
    En termes de "métiers", plusieurs ressources citées ici analysent les différences entre la curation et la veille, le journalisme, le KM...
    Qu'auriez-vous aimé trouver ?

    RépondreSupprimer
  3. personnelement je parle de médiation numérique et il me semble que le terme de curation n'est pas éloigné du tout ! http://www.bibliobsession.net/2012/05/04/mediation-numerique-le-guide-pratique-des-dispositifs/

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Silvère,
    Je suis d'accord avec toi. Quand je lis ton article, les pratiques de la "médiation numérique" me semblent bien proches de celles de la "curation". Et le terme de "médiation numérique" à le double avantage à mon avis d'être à la fois plus imagé et plus beau (avis très subjectif).
    Je crois bien que je vais l'adopter ;-)
    Reste que c'est le terme (très laid) de "curation" qui fait le buzz... (peut-être justement parce qu'il est laid et que l'on se demande ce qu'il signifie ?)

    RépondreSupprimer
  5. @béatrice : le terme "territoire" dans ma phrase faisait référence aux articles et aux approches citées au moment où j'ai écrit le billet. Ce n'est donc pas par rapport à votre billet ...

    @Sylvère (et Beatrice) : je pense que le terme "médiation numérique" se place sur un autre plan (en l'associant à la "médiation") et en tous les cas à un niveau plus global. On peut considérer certainement la curation comme un spécifique de médiation !! ou un "type de". Par contre je pense qu'en guide de médiation numérique, il ne faudrait pas se "contenter"(!) de faire de la curation (selon les principes et outils actuellement cités). Je connais plein de dispositifs numériques de veille qui sont des dispositifs de type curation, mais ils intègrent d'autres modalités et/ou services qui ensemblent, forment un dispositif de médiation (numérique).
    Je pense qu' il faut préserver les deux notions et les distinguer.
    Surtout pour nous, professionnel(le)s de la médiation infodoc.
    qu'en pensez vous ?

    RépondreSupprimer